Pour vous y retrouver

Bonjour! Bienvenue sur ces pages, que j'ai plaisir à ouvrir pour vous!
Vous trouverez sur ce blog différentes sortes de contributions:
- annonce (An),
- billet (Bi),
- citation (Ci),
- confession de foi (CF),
- conte (Co),
- formation d'adultes (FA),
- humour (Hu),
- image (Im),
- liturgie (Li),
- poésie (Po),
- prédication (Pr),
- réflexion (Ré),
- sciences bibliques (SB),
- vulgarisation (Vu).
Bonne balade entre les mots!
Ces œuvres sont mises à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Partage dans les Mêmes Conditions 3.0 non transposé.

dimanche 30 octobre 2016

(Pr) L'arme de reconstruction massive

Prédication du 30 octobre  -  "L’évangile au Far West"

Lectures: Matthieu 28, 16-20; Jean 15: 11-15; Jean 3, 16-17


Un vieil arabe était parti pour le Far West - je veux dire qu’il avait émigré aux USA... Un jour de printemps, il veut planter des pommes-de-terre dans son jardin. Mais zut, le sol est trop dur, et ses bras n’ont plus assez de force... Alors il envoie un e-mail à son fils, qui est resté au pays. Il lui écrit: “Si tu étais ici, tu pourrais labourer pour moi!”

Le fils lui répond aussitôt, par courriel également: “Papa, surtout, ne touche pas au jardin, c’est beaucoup trop dangereux, avec ce que j’y ai caché!”

Deux heures plus tard, voilà que la police débarque, avec la CIA et l’armée... Ils envahissent le jardin de notre homme avec des machines, des outils, des chiens... Ils retournent le sol de fond en comble... mais ils ne trouvent rien.

Le lendemain, le fils envoie un nouveau courriel à son père: “Maintenant, papa, tu peux planter tes pommes-de-terre: le sol doit être parfaitement labouré!”
   


J’aime cette histoire parce qu’elle me parle de Dieu et de nous! Je me dis que c’est un peu ainsi que Dieu travaille, dans notre monde, pour défricher et cultiver son jardin. Pour faire germer chez nous des relations plus humaines, plus amicales et solidaires. Pour venir en aide à celles et ceux qui en ont besoin. Pour que nous nous respections mieux les uns les autres.

Lui, il n’a pas d’autres mains que les nôtres pour lutter contre le mal, alors, il nous embauche! Il nous utilise, parfois de manière inattendue, comme le fils de notre histoire utilise la police américaine!

C’est ainsi en tout cas que Jésus a conquis le Far West, l’Ouest sauvage de son temps; c’est-à-dire l’Empire romain. Son Père du Ciel n’ayant pas de bras pour répandre l’évangile en Europe, le Fils a mis en route des hommes - et même des femmes, ce qui était un scandale pour l’époque. On les appelle apôtres, ce sont Paul, Barnabas, Pierre, Silas... Des gens comme vous et moi!

Bien sûr, ils ne cherchaient pas des bombes, ni des armes de destruction massive. Au contraire: ils portaient sur eux une espèce d’”arme de reconstruction massive”! Ils ont traversé les contrôles aux frontières, les détecteurs des aéroports (euh, j’adapte, bien sûr!), tout ça sans se faire stopper.

Car cette arme de reconstruction massive, vous l’avez deviné, c’est le pardon de Dieu! C’est son message étonnant: le Créateur veut le bien-être de chacun(e), sa liberté, sa paix!

   


Oh, je sais ce que pensent quelques-uns, en entendant ce discours. Ils ou elles ont trop souffert d’une religion rigide, intolérante... jugeante... Une religion qui semblait se complaire à culpabiliser l’humanité.

Ces personnes se disent, en entendant mes paroles: “Où est le piège? Où est-ce que le carcan bondieusard va se refermer?” - Un peu comme quand nous recevons des mess@ges nous annonçant que nous avons gagné à la superloterie du million! Forcément, y a un hic, c’est un attrape-gogo!

Pour les loteries publicitaires, c’est vrai. Mais pas pour l’évangile! Dieu ne veut pas nous avoir! Il ne rêve que de nous rendre la vie plus belle.

Ce sont des textes religieux antérieurs, comme certains dans l’Ancien Testament (AT), qui jouaient sur la peur et la culpabilité. Ceux du Nouveau Testament ont opéré une révolution copernicienne (si j’ose dire!): ce n’est plus “Dieu au centre, et l’être humain à son service”. Mais c’est “l’être humain au centre, et Dieu à son service”. Relisez les évangiles! Voyez les paroles de Jésus lui-même: c’est lui qui se présente comme notre serviteur, et pas l’inverse!

Malheureusement, vous le savez bien, les responsables religieux sont souvent tentés par le pouvoir. Manipuler les foules. Jouer le jeu des puissants. Tant de dignitaires, chrétiens aussi, ont surfé sur ces vagues, accusateurs, prêchant un Dieu qui comptabiliserait nos fautes et nous punirait.

Encore une fois, ce n’est pas ainsi que Jésus nous invite à croire. Et c’est pour cela que son message est une réelle libération. Si je place ma confiance dans ce gaillard étonnant, qui a préféré mourir plutôt que de laisser Dieu me punir, alors, je n’aurai plus peur d’aucun prophète de malheur; je ne me laisserai plus aliéner par des menaces, ni pour le vin d’ici, ni pour l’eau de là!!

   


Et à propos de flotte, est-ce que vous voyez la relation de tout ça avec le baptême?

Pour moi, le rapport, il est ici: l’eau reçue ce matin par Kyrian, comme par chaque personne baptisée, eh bien cette eau est un symbole de ce qui lave et de ce qui fait vivre.

Quand je demande à des enfants à quoi sert l’eau, “tu l’utilises pour faire quoi?”, eh bien, ils me répondent qu’ils l’emploient pour se laver; et pour boire.

Et c’est exactement le symbole du baptême. L’eau qui lave, c’est la promesse de Dieu de toujours enlever les salissures de nos vies, celles qui pourraient nous faire croire que nous ne sommes pas dignes d’être aimés, par Jésus ou par les autres. Comme l’eau nettoie la saleté, de même le baptême nous assure que toujours, Dieu nous aime pleinement, sans qu’aucune impureté ne nous sépare de lui. Allez, on va le dire en anglais, ce sera plus rigolo: le baptême nous dit “God loves you”, donc Dieu te lave... euh, je veux dire: Dieu t’aime! Baptême = Dieu t’aime!

Après l’eau qui lave, il y a celle qui fait vivre. On emploie l’eau pour boire, me disent les enfants. Et c’est tout à fait vrai: tous les êtres vivants, les plantes comme les animaux, tous ont besoin d’eau pour vivre. Sans eau, on se dessèche. Comme chantait Gilbert Bécaud: “L’important, ça s’arrose”!
   


Le baptême est donc aussi une promesse de vie. Par l’eau versée sur le front de Kyrian, nous lui disons que le Créateur a pour lui un projet. Un projet de vie belle et heureuse, tout comme une plante pourra s’épanouir si tu l’arroses. Pour Kyrian, et pour chaque personne sur terre!

Baptême = Dieu t’aime. Mais souvenez-vous de ma petite histoire d’arabe et de CIA. Pour nous aimer, pour dire sa passion à chacun(e), pour nous aider à vivre heureux et libres, eh bien Dieu n’a pas d’autres mains que les nôtres. Donc, il a besoin de nous, il nous appelle à devenir ses bras, sa voix, son coeur pour faire du bien à tous. Sans nous, il reste impuissant!

Voilà. Vous avez donc compris que la conquête du Far West n’est de loin pas terminée. Parce qu’elle dépend de nous! De notre engagement. De nos gestes d’amitié, de solidarité, de paix, pour concrétiser ceux du Créateur. Pour Kyrian, et pour tous nos enfants, et pour tous nos contemporains.

Oui, il reste du pain sur nos planches! La liberté et le respect de Jésus ont encore bien du chemin à faire, pour être tangibles et efficaces sur notre terre, à l’est comme à l’ouest - au nord comme au sud! Entre nous et en nous.

Cette progression vers le bonheur et la paix, elle est votre affaire, gens du pays! C’est votre tour de vous laisser parler d’amour!
Amen                                         
    



Jean-Jacques Corbaz  



Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire