Pour vous y retrouver

Bonjour! Bienvenue sur ces pages, que j'ai plaisir à ouvrir pour vous!
Vous trouverez sur ce blog différentes sortes de contributions:
- annonce (An),
- billet (Bi),
- citation (Ci),
- confession de foi (CF),
- conte (Co),
- formation d'adultes (FA),
- humour (Hu),
- image (Im),
- liturgie (Li),
- poésie (Po),
- prédication (Pr),
- réflexion (Ré),
- sciences bibliques (SB),
- vulgarisation (Vu).
Bonne balade entre les mots!
Ces œuvres sont mises à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Partage dans les Mêmes Conditions 3.0 non transposé.

samedi 8 février 2014

(FA, Vu) Le baptême expliqué aux enfants. Les parrain et marraine. Les engagements

Le baptême est une fête.

Quand on baptise quelqu'un, on fête l'amour de Dieu pour cette personne.
On est heureux, on dit merci parce que Dieu l'aime.
Le baptême est une fête de l’amour. C’est un bapt’aime !

Ce n'est pas le baptême qui fait que Dieu nous aime. C'est parce que Dieu nous aime qu'on vit la fête du baptême.

Dieu ne commence pas à nous aimer le jour de notre baptême, bien sûr: il nous aime depuis toujours !
Donc, celui qui n'est pas baptisé, Dieu l'aime quand-même!



On est baptisé avec de l'eau.

À quoi sert l'eau ?
    1° à boire, à arroser les plantes
    2° à laver, à se laver

1° L'eau du baptême dit que Dieu nous donne la vie:    sans boire, on ne peut pas vivre. Une plante qu'on n'arrose pas devient toute sèche et finit par mourir.
Le baptême est une promesse que Dieu nous donnera toujours la vie, même après la mort!

2° L'eau du baptême dit que Dieu nettoie; Dieu enlève tout ce qui pourrait nous séparer de son amour.
Par exemple, certains ont peur que Dieu les punisse. Parfois, des gens ont peur que Dieu les punisse pendant leur vie. D'autres ont peur que Dieu les punisse après leur mort.
Le baptême est une promesse que Dieu ne te punira jamais !

"Rien ne pourra jamais nous séparer de l'amour que Dieu nous a montré en Jésus Christ."  (Romains 8, 39)


Le baptême, en fait, ce n'est que de l'eau (du robinet) !
Mais c'est Dieu qui te parle avec cette eau. Il te parle d'amour, de liberté, de bonheur. C'est ce qu'il aimerait pour toi.


Quand on prend la communion à l'église (la sainte-Cène), c'est pour rappeler la fête de notre baptême.
Il y a des gens qui sont baptisés depuis très longtemps. La communion rappelle à tous que Dieu leur fait ces promesses: de les aimer; de leur pardonner toujours, sans condition; de les aider à être moins seuls; de les soutenir dans leurs difficultés.

Tout cela: aimer, pardonner, aider, soutenir, Dieu le fait dans nos coeurs, par sa présence proche.
Mais il le fait aussi et surtout en nous envoyant d'autres chrétiens pour nous aider.
Et nous pouvons, bien sûr, devenir nous aussi ces envoyés de Dieu (ces anges) qui font du bien aux autres !

La communion est surtout un lien avec Dieu et avec tous les autres chrétiens.




           Baptême  =  Dieu t’aime !



Les engagements du baptême 

Puisque le baptême est une promesse de Dieu, il appelle une réponse de la part de la personne baptisée. Lorsque cette dernière est un petit enfant, ce sont ses parents, parrain(s) et marraine(s) qui s’engagent à sa place.

Autrefois, le pasteur invitait les parents, parrain(s) et marraine(s) à dire « oui » à un texte prévu par la liturgie officielle de l’Eglise. Ce texte d’engagement était unique et ne se discutait pas.


Aujourd’hui, heureusement, les choses ont bien changé. Le plus souvent, l’officiant (pasteur-e ou diacre qui préside le baptême) compose le texte des promesses avec les parents, parrain(s) et marraine(s) ou avec la personne baptisée ; voire leur laisse la liberté de le rédiger complètement. Puisque ce texte d’engagement est une réponse à l’alliance de Dieu, il s’agit logiquement que ce ne soit pas une formule imposée, mais une parole qui respecte le mieux possible la position des personnes concernées !

Il peut d’ailleurs arriver que l’un des parents, parrain(s) et marraine(s) ne partage pas la position des autres. Dans ce cas, il semble préférable qu’il(elle) rédige son propre engagement et que ce dernier soit présenté à côté des autres.
  
 
Le texte des promesses peut être lu par l’officiant, qui demandera alors aux parents, parrain(s) et marraine(s) de montrer que c’est bien là leur choix en disant le « oui » traditionnel. Mais il est bien plus fort qu’il soit lu par les parents, parrain(s) et marraine(s) ou par certain(e)s d’entre eux, chacun(e) pour une petite partie.
 


Les parrain(s) et marraine(s)
Quel est leur rôle ? À quoi doivent-ils s’engager ?
 
 
À l’origine, soit au temps de l’Eglise primitive, au 1er siècle après J.C., on ne baptisait que des adultes. Et, surprise, il n’existait pas de marraine. La femme avait à cette époque une place de subalterne dans la société, et l’Eglise s’y est conformée. Le parrain, lui, jouait un rôle important: il était responsable de donner à la personne candidate au baptême un enseignement religieux et de s’assurer qu’elle était sincère, qu’elle était aussi au courant des principales doctrines de la communauté qui l’accueillait.

En ce temps-là, lors de la cérémonie du baptême, le parrain prenait la parole pour demander solennellement à l’Eglise rassemblée d’accepter la candidature de la personne qui souhaitait être baptisée, et invitait la communauté à lui donner le sacrement.

La marraine est apparue au Moyen Âge. On s’était mis à baptiser les chrétiens de plus en plus tôt. L’Eglise n’était plus composée de personnes professantes (= qui avaient fait ce choix délibérément), mais était devenue un fait de société. Un bébé était considéré comme chrétien à la naissance.
  

En même temps, des superstitions étaient apparues. On croyait alors qu’une personne non baptisée qui mourait ne pourrait pas aller au paradis. Et puisque la mortalité enfantine était fréquente, déjà à laccouchement, on s’est mis à baptiser les nouveaux-nés le plus tôt possible, le plus souvent immédiatement après leur naissance.

C’est là que la marraine est apparue. Puisque l’accouchée n’était pas rétablie suffisamment pour porter l’enfant, physiquement, on faisait appel à une autre femme pour tenir le bébé. Les hommes étaient généralement absents à ce moment. Cette autre femme est devenue la marraine.

Historiquement, les rôles joués par le parrain et par la marraine étaient donc très différents.

Plus tard est apparue une autre conception, liée elle aussi à des contingences de l’époque : les grandes familles et les risques de mortalité chez les jeunes adultes. À ce moment, les parrain(s) et marraine(s) sont devenus responsables de leur filleul(e) en cas de décès ou dincapacité des parents dassumer le soin de leur descendance.

Ces deux conceptions sont évidemment obsolètes, même si elles survivent parfois ici ou là au 21è siècle. S’il fallait placer des enfants, on s’efforcerait aujourd’hui de ne pas séparer les frères et sœurs ! Et d’autre part, les parrains ne peuvent évidemment pas être responsables de l’instruction religieuse de leur filleul(e).

Alors, à quoi s’engage-t-on à notre époque, en acceptant de devenir parrain ou marraine ?
 

Dans une optique chrétienne, on ne peut bien sûr pas exiger tel acte ou telle attitude, voir plus haut le chapitre sur les engagements. Je dirais que les rôles des parrain(s) et marraine(s) sont à définir en commun entre les parents et eux-mêmes. Et avec, bien sûr, la part de l’enfant, qui ira grandissant, au fur et à mesure qu’il pourra faire des choix.
L’essentiel, c’est que ce dernier bénéficie de personnes qui, à côté des parents, le portent dans leur cœur et le lui fassent savoir de diverses manières : l’inviter ; lui offrir du temps, de l’écoute, de l’affection ; le « parrainer » pour une activité différente de ce qu’il fait en famille… Quelqu’un d’autre, en plus de mes parents, qui m’aime !

 
 

Jean-Jacques Corbaz








Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire