Pour vous y retrouver

Bonjour! Bienvenue sur ces pages, que j'ai plaisir à ouvrir pour vous!
Vous trouverez sur ce blog différentes sortes de contributions:
- annonce (An),
- billet (Bi),
- citation (Ci),
- confession de foi (CF),
- conte (Co),
- formation d'adultes (FA),
- humour (Hu),
- image (Im),
- liturgie (Li),
- poésie (Po),
- prédication (Pr),
- réflexion (Ré),
- sciences bibliques (SB),
- vulgarisation (Vu).
Bonne balade entre les mots!
Ces œuvres sont mises à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Partage dans les Mêmes Conditions 3.0 non transposé.

dimanche 2 février 2014

(Pr) L'épée du Christ et celle de Charlemagne

Prédication du 2.2.14 "Je ne suis pas venu apporter la paix, mais l’épée”

Matthieu 10, 32-39; Matthieu 12, 46-50; Jean 14, 26-27

C'est comme une fois, y avait un jeune pasteur, très sûr de lui, qui donnait son premier culte au village. À la sortie, le vieux régent le prend à part: "M. le ministre, dit-il, votre sermon m'a fait penser à l'épée de Charlemagne." - "L'épée de Charlemagne? pense le jeune pasteur, tout guilleret; elle était incisive, puissante! Etincelante! Victorieuse!!" - "Non, dit le vieux maître; votre sermon était comme l'épée: long et plat!"
                                                              *                     *
C'est ainsi que les mots ne veulent pas toujours dire la même chose pour chacun(e). Ils font naître parfois des sentiments très différents selon les personnes ou les circonstances... Donc, attention: une épée peut en cacher une autre!

C'est tout spécialement vrai de ce passage mystérieux de l'évangile de Matthieu, une histoire d'épée, justement: "N'allez pas croire que je suis venu apporter la paix sur terre, dit Jésus; je ne suis pas venu apporter la paix, mais l'épée!"

Ce verset a troublé bien des chrétiens, dans tous les temps. Est-ce qu'il encouragerait la guerre sainte, comme chez les musulmans (soit combattre pour imposer sa religion)? Est-ce qu'il nous inviterait à rechercher les conflits dans nos familles, avec nos proches? Malheureusement, la traduction en français courant semble aller dans ce sens, puisqu'elle rend "épée" par "combat" - ce qui trahit le texte originel.

Cette interprétation heurte tout ce qu'on croit savoir de l'évangile. On nous a toujours dit que le Nouveau Testament encourage la paix, la douceur, la concorde; mais pas l'agression ou le conflit!

Mais. Appeler au combat, est-ce que c'est vraiment ce que ce passage veut nous dire? Est-ce qu'il nous invite véritablement à nous opposer à nos parents, à nos enfants, à nos proches?


                                                             *                     *
Pour bien comprendre ces paroles de l'évangile, il faudrait davantage qu'une prédication de 15 minutes, bien sûr. Pour tâcher d'aller à l'essentiel, je vous propose ces quatre remarques:

(1°) D'abord, le mot grec qu'on traduit par épée, ou glaive. En version originale, c'est "machaira". Et une "machaira", c'est d'abord et surtout un grand couteau; un coutelas. Une "machaira", c'est l'instrument du boucher, celui aussi du chirurgien, et du chef de famille, à table. Une "machaira", c'est également le couteau utilisé pour les sacrifices, chez les Juifs. On emploie ce mot encore pour la serpe du jardinier, pour l'outil qui sert à élaguer les arbres; et pour le rasoir, le ciseau, le sécateur... Bref, tout ce qui coupe, qui tranche et qui sépare. C'est seulement dans un sens figuré que "machaira" désigne une arme. Mais il ne s'agit jamais alors d'une arme de guerre; uniquement d'un petit sabre que les hommes portaient pour se défendre, en cas d'embuscade.

En résumé, "machaira", ça peut être un couteau, un ciseau, un scalpel; une dague ou un poignard; un tranchoir, une lame, un coutelas, un rasoir; un sécateur, une hache, une machette; une serpe, une faucille, ou un bistouri... Mais jamais une arme d'attaque, de guerre. Si vous devez traduire "machaira", n'utilisez donc pas un terme militaire. Trouvez plutôt un mot qui évoque le fait de trancher, de séparer. - Et pas celui de tuer!

"Je ne suis pas venu apporter la paix, mais la coupure, mais la rupture" devrait-on traduire. "Oui, je suis venu, poursuit Jésus au verset 35, je suis venu séparer l'homme de son père, la fille de sa mère...". L'enchaînement devient alors plus clair: la venue du Christ au milieu de nous a pour effet de nous séparer en deux camps (c'est le sens du verbe grec: séparer en deux parties). Il y a ceux qui suivent Jésus, et les autres, ceux qui renoncent.
                                                           *                     *
(2°) Seconde remarque. La suite du passage gêne aussi: "celui qui aime son père ou sa mère plus que moi n'est pas digne de moi"... Bigre! Faudrait-il aimer son prochain, mais pas ses parents?

Evidemment non. On comprend mieux quand on consulte la note de la TOB: "le mot grec philein (aimer) n'est pas celui qui, dans les évangiles synoptiques, désigne l'amour pour Dieu et le prochain (c'est agapân); philein a ordinairement chez Matthieu un sens péjoratif: s'attacher excessivement".

Il y a donc en grec trois verbes différents pour dire "aimer": (a) "erân" pour l'amour du couple, "eros"; (b) agapân pour l'amour fraternel, l'affection, l'attention, l'amour pour Dieu ou son prochain; et (c) philein qui veut dire s'attacher à quelqu'un ou quelque chose, et, dans l'évangile de Matthieu, toujours dans un sens négatif: un attachement nuisible, qui empêche de suivre le Christ.

Conclusion provisoire: la langue grecque a donc trois mots différents pour dire "aimer"... mais un seul pour désigner une kyrielle d'armes et de couteaux!!


                                                            *                     *
(3°) Troisième remarque: "porter sa croix". Encore une expression qu'on a tellement entendue qu'elle a fini par s'éloigner de ce qu'elle veut dire vraiment dans l'évangile. Il ne s'agit ici absolument pas de supporter des maux ou des difficultés de la vie telles que les maladies, les handicaps, les conflits de famille ou autres. "Porter sa croix", dans la bouche de Jésus, c'est le suivre sur le chemin du rejet, de l'incompréhension, des moqueries... C'est affronter, comme lui, que les hommes ne croient pas la Vérité qui nous anime. Affronter la solitude, parfois la souffrance, voire la mort par fidélité à Jésus.

Ce que l'évangile veut nous dire, par ce verset, ce n'est donc pas de nous fabriquer une croix, ou des souffrances, pour mériter notre salut. Absolument pas. Mais il nous dit que la foi, la vraie, peut nous emmener très loin. Très loin dans les oppositions, les persécutions, parfois. Très loin dans les conflits, les ruptures, les séparations aussi. Ce ne sera pas toujours le cas, bien sûr. Mais notre passage nous rappelle ce risque immense de la foi.

Attention: une épée peut en cacher une autre! À l'époque où Matthieu rédige son évangile, les chrétiens sont justement en train de se séparer définitivement de la religion juive. On comprend que, dans ce contexte de conflit, de divorce religieux, la communauté matthéenne ait besoin de méditer sur le tranchant de la parole du Christ. Sur le fait que suivre Jésus, c'est risquer de se couper d'autres personnes, parfois de proches, parce qu'ils ont fait un choix différent.

Mais aujourd'hui, alors que nous sortons d'une période où la foi chrétienne était presque une évidence? Aujourd'hui, où nous devons réapprendre que suivre le Christ, c'est un choix personnel aussi, et pas d'abord un fait de société; ou un héritage de famille? Aujourd'hui, où notre Eglise nous encourage à manifester plus clairement notre spécificité... Aujourd'hui, n'est-il pas nécessaire de reprendre cette réflexion d'il y a 1900 ans, pour ne pas oublier que suivre Jésus peut être une aventure dangereuse - et qui risque de nous séparer d'autres personnes? Un choix personnel à faire, à refaire sans cesse, pour continuer d'avancer sur les pas de Dieu tracés sur notre terre?

Le risque de la foi. Croire en Jésus aujourd'hui n'a plus grand-chose à voir avec la tranquille évidence de notre enfance. Ce n'est pas que la Bible ait changé, mais c'est la société. Et le monde! Attention: une épée peut en cacher une autre!
                                                            *                     *
(4°) Dernière remarque: la paix. On l'a souvent dit, il faut le rappeler: il y a deux sortes de paix. Celle, d'abord, de l'apparence, la paix qu'on fiche aux autres. Au niveau mondial, c'est l'équilibre des forces, qui empêche les guerres. Mais qui n'est pas une paix en profondeur. Car les conflits peuvent couver, la violence être en incubation... Et soudain, ça nous saute à la figure, comme récemment dans les pays arabes.

Au niveau de la famille ou des relations personnelles, il y en a tant, aussi, de ces paix de surface, qui ne sont qu'un vernis posé par-dessus un conflit, par-dessus une injustice ou un pouvoir sans respect.

La vraie paix, bien sûr, elle est tout autre: faite non de relations fusionnelles ou immobiles, mais d'espaces de dialogue, d'accueil profond; d'échanges, surtout, où on se dit les désaccords franchement, pour oser les vivre dans la confiance, pour tenter de les analyser - quitte à devoir reconnaître ses propres torts. C'est ça, la paix du Christ, telle qu'il l'a vécue jusqu'à Golgotha! Non pas cacher les divergences, les désaccords, mais les aborder; lucidement.

Et c'est bien sûr la première paix, celle du vernis, que Jésus vient troubler: "Je ne viens pas apporter cette paix de surface, je vous amène le couteau, le ciseau, ce qui tranche et sépare..." Bien entendu, il ne nous donne pas une épée pour châtier l'infidèle. Mais il se donne lui-même, entièrement, sans retenue, et sa présence tranche entre ceux qui le suivent et ceux qui restent là..

Vous vous rappelez? Pour créer, dans la Genèse, Dieu avait séparé: la lumière de l'obscurité; la terre du ciel; les eaux des continents... L'aventure de la foi au Christ serait-elle donc la continuation de l'oeuvre du Créateur?


                                                         *                     *
Je me dis parfois qu'un jour, un vieux régent pourrait bien s'approcher de nos Eglises officielles, de notre christianisme des fois trop ronronnant... Il nous demandera alors si notre foi, notre vie spirituelle, ressemble à l'épée de Charlemagne. Sera-t-elle incisive? Etincelante? Tranchante? Victorieuse?

Ou un vernis de paix, long et plat?    Amen

                                                                                                   J-J Corbaz


2 commentaires:

  1. Commentaire que je transmets:

    Suite à ta prédic de dimanche et +, je rebrasse et questionne le théologien:
    Me semble que Math 10 etc. va vers Luc 12 :
    Dans Luc 12 : "diviser" : c'est "chacun sa part" ? oui, d'accord, ...ça va dans ton sens.
    et le "contre" (epi + datif) on en fait quoi ? Un conflit ou un affrontement ?...pas pareil ??
    Et Math.10 etc :je butte théologiquement sur la suite : tu fais quoi ( et comment) avec la notion d'"ennemis" ? Ça gâche tout, non ?
    Il me semble que les textes vont dans le sens d'une "individuation" mais pas d'une relation "ennemie"; i.e. (ou bien c'est ce que j'aime comprendre ?) que ces deux passages mettent en valeur à la fois l'individuation et le lien, qui reste indispensable, soit l'espace nécessaire à la relation vraie père-fils etc.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Superchouette, ta réflexion! Merci!
      Diviser - opposer: oui, il s'agit toujours de séparer ceux qui suivent Jésus de ceux qui s'abstiennent. Pour moi, le "epi" marque justement cette opposition. Ce n'est ni une guerre, un conflit violent; ni à l'autre extrême une coexistence pacifique entre gens ayant fait des choix contraires. Plutôt une séparation sur l'essentiel: le + important nous oppose, c'est un choix qui mène loin. C'est bien dans le contexte du "divorce religieux" d'avec le judaïsme que ça prend son sens.
      Le mot "ennemi" est un peu exagéré, tu l'as bien vu. L'opposition dont parle Mt n'est pas de celle où on veut la mort de l'adversaire; mais plutôt où le chemin qui mène à la vie est emprunté par l'un et pas par l'autre. Il s'agit de montrer que le choix ("christianisme" contre judaïsme) n'est pas anodin ("de toute façon on a le même Dieu"), mais que s'y joue l'essentiel de la vie spirituelle. Cela dans les valeurs de l'époque. Aujd, avec la notion de tolérance et de dialogue interreligieux, on ne voit plus les choses comme ça (c'est pour cela que je disais qu'il aurait fallu + qu'une prédic d'1/4 d'heure).
      Le mot "ennemi" est un peu exagéré, parce qu'il ne vient pas du même contexte. C'est une citation de Michée 7, 6. Matthieu est habitué aux citations de l'AT, ça sous-tend toutes ses réflexions. Et là, il reprend un verset du prophète qui met en évidence le fait qu'un jour vient où les vrais croyants devront se méfier des + proches de leurs proches, tant la fidélité au Seigneur se sera délitée. Contexte différent, mais on ne peut exclure que la communauté matthéenne n'ait jamais traité les juifs d'ennemis...

      J'aime bien ton "Il me semble que les textes vont dans le sens d'une individuation mais pas d'une relation ennemie."
      Je le dirais bien comme ça aussi.
      Matthieu ne se soucie pas à mon sens du lien père-fils qui reste indispensable. Ce n'est pas son problème, mais tu dis là qqch de très vrai et important aujd. La nécessité d'un espace qui permette le mouvement, la médiation comme "creusage" d'un tel espace entre les personnes: j'aime! C'est très stimulant!

      Supprimer