Pour vous y retrouver

Bonjour! Bienvenue sur ces pages, que j'ai plaisir à ouvrir pour vous!
Vous trouverez sur ce blog différentes sortes de contributions:
- annonce (An),
- billet (Bi),
- citation (Ci),
- confession de foi (CF),
- conte (Co),
- formation d'adultes (FA),
- humour (Hu),
- image (Im),
- liturgie (Li),
- poésie (Po),
- prédication (Pr),
- réflexion (Ré),
- sciences bibliques (SB),
- vulgarisation (Vu).
Bonne balade entre les mots!
Ces œuvres sont mises à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Partage dans les Mêmes Conditions 3.0 non transposé.

dimanche 17 décembre 2017

(Co) Le chant du pipeau


Le chant du pipeau

Dans un pays d’Orient, des roseaux se balancent au bord d’une rivière. Il y en a de très grands, très beaux. Ils dressent fièrement leurs longues tiges. Ils regardent dans l’eau le reflet de leurs feuilles coupantes. Ils admirent la légèreté de leurs fleurs: on dirait des bouquets de plumes blanches.
Il y a aussi des roseaux plus petits. Ceux-là se tiennent tranquilles entre les grands. Pourtant, le vent qui passe fait chanter tous les roseaux.
Tous? Non. Car il y en a un, vraiment très, très petit, pas très joli, qui ne chante pas. Il murmure tristement, pour lui seul:
- Je ne peux pas chanter. Je ne pourrai jamais. Je suis trop petit ! Le vent n’arrive pas jusqu’à moi. Oh, comme j’aimerais chanter moi aussi !
 
Près de la rivière, il y a  des bergers qui gardent leurs moutons. L’air est chaud dans ce pays d’Orient. Aussi, le troupeau et les bergers restent-ils dehors toute la nuit.

Une nuit, il y a étonnamment davantage d’étoiles que d’habitude. Puis une grande lumière  apparaît dans le ciel.
Les bergers ont un peu peur. Ils n’osent pas lever les yeux.
Mais des voix très douces, très belles, se font entendre:
- N’ayez pas peur, bergers !  Nous vous annonçons une grande nouvelle: un Roi est né pour vous sauver, pour vous dire que Dieu va vous pardonner. Allez l’adorer ! Ce n’est qu’un bébé encore. Vous le trouverez couché dans une crèche, dans une pauvre étable. Partez, bergers, et annoncez à tous la bonne nouvelle !
Ce sont les anges qui parlent ainsi. Ils chantent aussi de leurs voix pures. Et leurs chants remplissent le ciel.
 
Les bergers n’ont plus peur. Pourtant, ils se demandent si vraiment ils doivent partir?
- Mais oui, nous devons y aller, puisque les anges l’ont dit !
C’est Raphaël, le plus jeune de tous - encore un très petit garçon - qui a parlé. Lui n’a pas eu peur un seul moment. Il a regardé, émerveillé, les grandes belles étoiles de cette nuit-là. Et quand il a entendu la voix des anges, il n’a pas été étonné du tout.
- Bon, dit le vieux berger-chef, nous partirons donc. Mais puisque cet enfant à la crèche est un Roi, il faut que nous lui apportions des cadeaux.
Et voilà tous les bergers qui cherchent ce qu’ils ont de mieux à offrir. L’un prend un agneau nouveau-né. Un autre prépare des fruits dans une corbeille de jonc. Le troisième lie une grosse gerbe de blé. Un autre encore remplit un pot de miel.
- Et moi, pense Raphaël, qu’est-ce que je vais offrir au petit Roi ? Je n’ai rien, rien du tout qui soit à moi!
Et il se désole en écoutant le vent qui passe dans les roseaux. Alors, une idée lui vient; un grand sourire éclaire son visage :
- Je sais ! Je vais faire un pipeau et je le lui donnerai !
Raphaël descend vers la rivière. Il écarte les hauts roseaux fiers. Ce ne  sont pas ceux-là qu’il veut. Il se baisse. Il cherche. Il ne voit pas très clair malgré toutes les étoiles qui brillent jusque dans l’eau.
- Voilà! J’ai trouvé celui qu’il me faut ! crie enfin Raphaël tout content.
Il coupe délicatement un petit roseau à moitié étouffé parmi les grands. Et c’est - vous l’avez deviné - c’est justement le petit roseau qui aurait tant voulu chanter !
Raphaël sait très bien tailler les pipeaux. Pendant que les bergers se préparent, il a vite fait de fignoler le sien.
- Regardez, vous autres, ce que je vais offrir au petit Roi ! dit Raphaël aux bergers.
- Quoi ? ce bête pipeau ? Tu rêves mon garçon!
- Et d’abord, l’enfant est trop petit pour en jouer !
- Et sûr que sa mère ne voudra pas s’encombrer de cette saleté !
 
- Oh! murmure tristement Raphaël
- Oh! souffle tristement le roseau.
- Tant pis, pense Raphaël, nous irons quand même là-bas, mon pipeau et moi. Nous verrons bien !

Ce qu’ils on vu, d’abord, c’est une très pauvre maison. Mais, au-dessus, brille une grande étoile.

Les bergers entrent. Ils s’agenouillent devant la crèche où repose le petit enfant. Et ils offrent leurs présents :
- Marie, voici du miel pour votre bébé.
- Voici un agneau nouveau-né qui vous donnera sa laine et son lait plus tard.
- Voici du blé pour en faire du pain.
- Voici des fruits pour calmer votre soif.
- Oh, merci, bonnes gens, merci beaucoup! dit Marie.
Alors, tout à coup, on entend un chant très pur, très doux, très beau.
Si beau que chacun se tait.

Ce chant est si doux que Marie sent couler de douces larmes sur ses joues.
Si pur que le petit enfant regarde vers le coin le plus sombre de l’étable.
Et là, se tient Raphaël, jouant de son pipeau. Jouant de tout son cœur, de toute sa joie.
Un petit berger qui n’avait rien à offrir,
Un petit roseau qui pouvait -enfin- chanter.


Anonyme. Adaptation J-J Corbaz


Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire