Pour vous y retrouver

Bonjour! Bienvenue sur ces pages, que j'ai plaisir à ouvrir pour vous!
Vous trouverez sur ce blog différentes sortes de contributions:
- annonce (An),
- billet (Bi),
- citation (Ci),
- confession de foi (CF),
- conte (Co),
- formation d'adultes (FA),
- humour (Hu),
- image (Im),
- liturgie (Li),
- poésie (Po),
- prédication (Pr),
- réflexion (Ré),
- sciences bibliques (SB),
- vulgarisation (Vu).
Bonne balade entre les mots!
Ces œuvres sont mises à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Partage dans les Mêmes Conditions 3.0 non transposé.

vendredi 25 décembre 2015

(Pr) “Une case vide”, prédication du 24.12.15

  Luc 2, 1-14 
 
Quand j'étais enfant, j'ai reçu comme cadeau de Noël un jeu qui m'a passionné. On l'appelait "le jeu de 15". Vous le connaissez peut-être: dans un tableau, il y a 15 éléments mobiles numérotés de 1 à 15. Ces éléments, qui sont au départ tout mélangés, au hasard, il faut les remettre dans l'ordre arithmétique normal.

Le principe est simple, mais la réalisation peut s'avérer compliquée... surtout vers la fin, bien sûr!

Pourtant, c'est évident: déplacer les éléments n'est possible que parce que le tableau comprend une 16è case, vide! Sans cette case vide, tout serait bloqué.

Et cela, c'est vrai aussi pour nos vies: quand tout est plein, rien ne peut bouger. Il n'y a plus de place pour l'inattendu, l'imprévu. L'aubergiste de Bethléem, dont l'hôtel était complet, n'a pas pu accueillir l'enfant de Noël. Au contraire, l'étable était libre, et les bergers disponibles. Disponibles comme d'autres bergers avant eux, qui avaient aussi reçu la visite de Dieu: ainsi Moïse, dans le désert; puis David, le fameux roi.



En relisant aujourd'hui ce passage si connu de l'évangile de Noël, j'ai été frappé par une chose: il semble que les personnages principaux de ce récit, ce sont les bergers. Oui, les bergers, plutôt que Joseph, Marie et Jésus. Je m'explique: la naissance se passe sans rien d'anormal, à part l'endroit où elle a lieu. Aucune intervention divine, rien de céleste ou de magique!

Les anges n'apparaissent pas à la famille de la crèche, mais ils se montrent aux bergers; et c'est sur ces derniers seuls que resplendit la gloire de Dieu! Ce sont eux, les gardiens de la nuit, qui vont annoncer à Joseph et Marie que cette naissance a une dimension divine; au grand étonnement de ces jeunes parents. Au fond, les bergers, parce qu'ils se sont mis en route pour Bethléem, sont devenus comme des anges eux-mêmes, car ils ont transmis la Bonne Nouvelle qu'ils venaient de recevoir.

Oui: parce qu'ils se sont mis en route! Parce qu'ils ont su dominer leur peur, la trouille immense et normale qui s'empare de toute personne, dans la Bible, quand Dieu apparaît (on pense à Moïse, à nouveau!); et parce qu'ils ont eu la disponibilité de se déplacer, d'aller à la rencontre de ce bébé-Bonne-Nouvelle; de cet enfant-Dieu-parmi-nous!

 


On sait que les bergers, en ce temps-là, étaient tout en bas de l'échelle sociale. C'étaient plus des gitans que des paysans:  voleurs, marginaux, farouches, indomptables. Ils se tenaient à l'écart des lieux habités concernés par le recensement; et à l'écart de la religion officielle; à l'écart de la loi juive et de la pureté rituelle obligatoire! Catalogués donc comme pécheurs, irrécupérables! Et promis ainsi à la condamnation, au Jugement.

C'est quand même étonnant: c'est à ces gens-là, qui sont littéralement sans foi ni loi, c'est à ces gens que l'ange annonce: "un sauveur vous est né!" - "un sauveur est né pour vous!"

Et ce sont eux, encore, qui vont expliquer à la "sainte famille" le sens de ce qui vient d'arriver. Ce sont les premiers missionnaires! Comme si Dieu n'avait pas de meilleurs ambassadeurs sous la main que ces espèces de Roms... Il a de ces idées saugrenues, Dieu, parfois!

Par - foi. Effaçons le "s", dans "parfois", et il nous apparaît que Dieu fait son choix par foi! Par confiance. Parce qu'il sait que ceux-là obéiront. Parce qu'il sait que ceux-là seront disponibles. Les autres? Les pontifes, les orateurs, les chefs? Ils sont tous pris, tous occupés et suroccupés à l'occasion de ce gigantesque bastringue, hôtelleries bondées, magasins et stations de ski idem, car je ne sais plus très bien si je parle du Noël d'il y a 2000 ans ou de celui d'aujourd'hui. - Vous me suivez?

Les bergers sont le type des gens de tout temps qui ont dans leur coeur (ou dans leur agenda!) une case libre pour recevoir Dieu. Et puis, mais oui, à cause de cela-même une case libre pour aller vers les autres! Et c'est ainsi qu'ils découvrent que ce Dieu redoutable, ce Dieu qui faisait si peur quand il apparaissait, eh bien il se montre, en fait, sous les traits fragiles d'un bébé nouveau-né, tout frippé, dépendant... Qui fait tout sauf peur!

 


Un qu'il faut craindre, par contre, c'est César-Auguste. Car le recensement, à l'époque, annonçait automatiquement une hausse d'impôts! En ce temps-là, se faire inscrire, c'était donner à l'empereur de Rome les moyens de nous pressurer. "Ils vont pas nous louper!" ... "On va se ramasser quoi, 9 ou 15 % dans la poire!", se disaient les gens. Euh... les gens "normaux", bien sûr. Car les bergers, eux, n'avaient rien. Employés, quasi pas payés par les gros propriétaires, eh bien les gardiens de la nuit sont peut-être les seuls qui n'ont pas peur de se faire tondre!!

La case vide, toujours! ... Et moi, je médite sur cette opposition que l'évangile de Noël met si bien en évidence, entre les gens "normaux" et les bergers; entre les lieux habités et les vastes étendues où vivent les troupeaux; entre le plein et le vide; entre les auberges et l'étable... entre le boeuf et l'âne gris - oh, pardon!

On parle beaucoup du goût de déception, de vide (ou de trop-plein!), du goût d'amertume que beaucoup de gens ressentent, après Noël. On dit que ce goût vient, sans doute, de ce que nous avons trop de choses; que nous vivons, que nous consommons trop de choses. Et c'est vrai. Mais même la pauvreté, mais même la peur peuvent être ce "trop" qui bloque tout mouvement. Qui ne laisse aucune place à Dieu. Aucune case libre!

Avec notre habitude de tout organiser et planifier; avec notre goût de la perfection; avec nos agendas si chargés, nous risquons d'être ligotés, privés de toute mobilité, de toute disponibilité. Mes amis, il me semble urgent d'élaguer, de choisir, de retrouver du temps pour l'essentiel! Et cela pas seulement à Noël, mais que le mystère de la Naissance majuscule dure toute l'année!
 


Garder une case libre pour laisser surgir l'imprévu, à l'image de cette assiette du pauvre que nos grands-parents laissaient à leur table. Garder une place pour laisser entrer le souffle rafraîchissant de l'Esprit, la grâce surprenante de Dieu, voilà ce que je souhaite à chacun(e) de nous, pour ce Noël et pour l'année qui vient.

Et si les gens dits "normaux", en nous voyant vivre à contre-courant, nous traitent de zinzin; s’ils le font en employant l'expression populaire "il lui manque une case"... eh bien dites-vous que c'est justement la folie que Dieu a choisie, en nous, pour annoncer sa sagesse *.

Oui, la folie! Car c'était la seule qui était libre! Amen




* 1 Corinthiens 1, 27-30


 (après l'interlude):

Une case vide. Nous l'avons dit, Jésus n'en a pas trouvé beaucoup, à sa naissance. Mais, nous le verrons le 27 mars, mais il en a laissé une, béante, quand il a été ressuscité!

J-J Corbaz

 




Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire